hors je


Individualisme et humanisme ; l’individualisme et la perspective humaniste

leapoffaith.jpg 

Selon le philosophe Marc CHABOT, Il faut revenir en 1486 avec PIC DE LA MIRANDOLE pour trouver une définition de base du concept d’humanisme : « L’homme, un être de nature variable, multiforme et voltigeante.«  Cette définition est à comprendre comme la perpétuelle évolution, le mouvement qui condamne la fixité et l’inertie. On doit avoir la permission d’être « ce que nous voulons« , dans le sens où nous avons besoin de liberté pour nous réaliser.

lire la suite »


De la perspective humaniste à un individualisme critique

chuteeeeeeeee.jpg

L’attention accordée par PIC DE LA MIRANDOLE à la conscience métaphysique dans la religion, dans l’art et dans la philosophie, m’amène à faire le parallèle avec Ludwig FEUERBACH.

lire la suite »


MARX, ENGELS et la question de l’individu : vers « l’individu vivant ».

individu.jpg

Pour MARX ET ENGELS, la dialectique hégélienne est sans aucun doute le dernier mot de toute philosophie. Cette fin après laquelle il n’est plus possible de penser. Il est  donc nécessaire de sortir de la philosophie pour trouver son dehors. Le renvoi aux individus est le lieu décisif de l’attaque faite par MARX contre la philosophie (cette dernière se résumant par l’œuvre d’HEGEL). Dans leur démarche, il y a cette volonté de déplacer le lieu de combat, de quitter « le ciel  hégélien » pour se concentrer sur l’individu et sur sa vie.

lire la suite »


de « l’individu vivant » de MARX ET ENGELS à l’acteur

clinteastwood.jpg


La lecture du livre de H. TOUBOUL :  MARX, ENGELS et la question de l’individu, m’a renvoyé à la notion d’acteur. En effet, le concept « d’individu vivant » présente des signes de parenté avec celui « d’acteur ». Pour approfondir cette question je me suis tourné vers la définition de R. SAINSAULIEU dans le livre : Vocabulaire de psychosociologie[1] .

D’emblée, on comprend qu’étudier ce concept revient à rechercher les conditions sociales et psychologiques de l’avènement de l’individu comme sujet de l’action, dans la richesse des relations de groupe, qui caractérisent la vie des organisations complexes de notre époque.

Sociologie et psychosociologie sont confrontées aux problèmes de l’implication des acteurs. La capacité instituante des acteurs peut être entendue comme la faculté de l’individu à négocier à son propre niveau la règle énoncée au niveau collectif ou institutionnel. Cette capacité relèverait en fait de l’interaction universel-particulier.

 

Pour caractériser les acteurs à travers l’histoire on peut affirmer qu’ils sont auteurs d’actions transformatrices significatives dans la vie de leurs semblables au moyen de ressources individuelles exceptionnelles qui renvoient à trois champs : au pouvoir, au savoir, à l’art.

lire la suite »


blue hotel

jebexarmountfuji.jpg

lire la suite »


l’éducation tout au long de la vie

bexar1.jpg


L’individu dans ses différents moments est au cœur de ma réflexion. A ce titre, je m’interroge sur comment lui donner les moyens d’acquérir une véritable qualification intérieure?

lire la suite »


le projet comme antidote à l’absurde

chute201.jpg

Dès lors que l’on aborde l’individu par le prisme de l’éducation, on constate que c’est à travers l’idée de projet qu’il convient de l’envisager. Car toutes les problématiques, aspirations, ou préoccupations de l’individu ont quelque chose à voir avec le sens de la complexité, de l’innovation, du changement, de la crise, de l’identité, du lien social.

lire la suite »


l’analyse de l’experience

chute222222222222222222.jpg

(et L’expérience de l’analyse.)

« Construire avec le soutien de la raison et de l’observation, l’expérience permet d’atteindre au bonheur : « la raison, l’observation, l’expérience paraissent indiquer trois éléments essentiels et nécessaires du bonheur : la santé du corps, l’élévation de âme, la culture de l’esprit »

(Marc-Antoine JULIEN, 1808-2OO6). [1]

 

lire la suite »


station essence

photo16.jpg


le moment philosophique

44134870349b384c720.jpg

Pourquoi penser par soi -même ?

ARISTOTE a affirmé la réalité du monde extérieur et la possibilité de la connaître.

 

Avec HEGEL : » On présuppose premièrement que le matériau du connaître est présent en et pour soi comme un monde achevé à l’extérieur du penser ; que penser, pour soi, est vide ; que, à la manière d’une forme, il approche extérieurement cette matière, s’en emplit, et qu’il ne gagne un contenu et ne devient un connaître réel que par là« [1].

lire la suite »


1...34567...12

Société Timbrophile de Reims |
Retraite Sportive de Courbe... |
Les gardiens des 7 besants ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALC 18 ème art
| AMON NA FI
| UNION DEPARTEMENTALE CSF 62